Quentin Durantay

Quentin Durantay

Growth Hacker @ Dolead


Google a supprimé plus de 3,2 milliards de Mauvaises Publicités en 2017

Google a supprimé plus de 3,2 milliards de mauvais publicités en 2017

Google affirme avoir retiré plus de 3,2 milliards de publicités qui violaient ses politiques publicitaires en 2017, doublant presque le nombre de 1,7 milliard de publicités retirées en 2016. Les annonces à propos des cryptomonnaies rejoindront bientôt la liste des types d'annonces interdites.

"C'est plus de 100 mauvaises publicités par seconde !" écrit Scott Spencer, directeur de la publicité durable chez Google.

Après une année tumultueuse, ayant connu des problèmes comme la sécurité des marques, les fake news les les contenus extrémistes très médiatisés sur ses différents réseaux publicitaires, Google a publié son dernier "Trust and Safety Report" qui décrit les mesures prises pour lutter contre la fraude publicitaire, les logiciels malveillants et les contenus d'arnaque.

En 2017, Google affirme avoir supprimé :

  • 79 millions de publicités qui redirigeaient les utilisateurs vers des sites infectés par des logiciels malveillants.
  • 400 000 sites malveillants.
  • 66 millions d'annonces "trick-to-click".
  • 48 millions de publicités incitant à l'installation de logiciels non désirés.

En plus de cela, Google a annoncé l'année dernière de nouveaux contrôles de sécurité de marque pour la vidéo et l'affichage de publicités, créant des politiques qui interdisent la monétisation de contenus inappropriés et controversés. Dans le cadre de ces mises à jour de politiques, Google indique qu'il a supprimé 320 000 éditeurs qui violaient les politiques des éditeurs en 2017 et a mis sur liste noire 90 000 sites Web et 700 000 applications mobiles.

"Après avoir étendu notre politique contre les contenus dangereux et désobligeants en avril 2017 pour couvrir d'autres formes de discrimination et d'intolérance, nous avons retiré les annonces Google de 8 700 pages [qui] violaient la politique élargie", écrit Spencer.

Lors de l'évaluation des sites qui se présentent sous un faux jour - par exemple, les arnaqueurs qui tentent d'attirer des fonds publicitaires du réseau Display avec des domaines qui imitent étroitement ceux des agences de presse légitimes - Google a constaté qu'un petit nombre d'éditeurs étaient responsables de la majorité de ces violations. Il indique que sur les 11 000 sites Web examinés pour d'éventuelles fausses déclarations, 650 sites ont été bloqués et 90 éditeurs ont été retirés du réseau de Google.

Le scraping, qui consiste à copier automatiquement des nouvelles ou du contenu d'autres sites, a entraîné des pénalités pour 12 000 sites Web, soit 2 000 de plus que les 10 000 sites qu'il a bloqués pour le scraping et la reproduction de contenu en 2016.

Les violations pour cloaking (présenter un contenu différents aux robots comme Google et aux internautes) ont représenté plus de 7 000 comptes AdWords suspendus l'année dernière, un bond significatif par rapport aux 1 400 sites qui ont été suspendus en 2016 pour les publicités sur des sujets d'actualités qui ont conduit à un discours de vente au lieu d'un contenu informatif.

Pour lutter contre la vague de mauvaises publicités et d'escroqueries, Google affirme avoir mis en œuvre une nouvelle technologie et introduit 28 nouvelles politiques pour les annonceurs et 20 nouvelles politiques pour les éditeurs.

"Cette année, nous avons mis à jour plusieurs politiques pour tenir compte des publicités sur les produits financiers non réglementés ou spéculatifs", écrit Spencer. "Nous avons également mis à jour nos politiques sur les annonces de jeu de hasards et de paris afin d'aborder les nouvelles méthodes de jeu utilisant des objets ayant ont une valeur réelle."

Google indique qu'il introduira également un nouveau processus de certification pour les organismes de réadaptation et de traitement de la toxicomanie.

Selon le journal des modifications de la politique publicitaire de Google, les restrictions concernant les publicités pour les produits financiers seront mises en œuvre plus tard cette année : "En juin 2018, Google mettra à jour la politique des services financiers afin de restreindre la publicité pour les contrats financiers avec paiement d'un différentiel, les opérations de change à report tacite et la spéculation sur les écart financiers".

Dans le cadre des nouvelles restrictions, Google déclare qu'il ne permettra plus de diffuser des publicités faisant la promotion d'options binaires ou de produits similaires ainsi que sur les cryptomonnaies. En outre, les annonceurs offrant des "Contrats financiers avec paiement d'un différentiel, les opérations de change à report tacite et la spéculation sur les écarts financiers" devront recevoir une certification de Google pour diffuser des annonces sur le réseau AdWords, certification qui ne sera disponible que dans certains pays.

Calculez l'audit gratuit de vos 3 top campagnes !

Tous les articles